J'essaie mes lunettes en ligne et je trouve mon opticien

Qu’est-ce que le strabisme ?

Sommaire
Les différentes formes de strabisme
Le diagnostic
Le traitement du strabisme
A retenir sur le strabisme
 

Du grec strabismos : loucher, le strabisme est une affection fréquente surtout chez les jeunes enfants dont 4% environ sont atteints. Au-delà de l’aspect inesthétique, cette anomalie visuelle est souvent la traduction d’un trouble plus ou moins grave de la vision. Quelles sont les différentes formes de strabisme ? Quand et comment peut-on diagnostiquer puis soigner ce trouble de la vue ? Voici quelques notions clés pour une meilleure appréhension du strabisme.

 

 

qu'est ce que le strabisme
  Le strabisme, une déviation des yeux due à un mauvais fonctionnement des muscles oculaires

 

La déviation des yeux est provoquée par un mauvais fonctionnement des muscles oculaires qui, n’ayant pas la même force, agissent de façon déséquilibrée. Une personne atteinte de strabisme ne peut donc bénéficier d’une vision binoculaire, c’est-à-dire qu’elle ne peut pas utiliser simultanément les deux yeux et voit donc en 2D avec un champ de vision réduit.
 

 

Les différentes formes de strabisme

Le strabisme peut être :
- convergent : la déviation de l’œil se fait en-dedans vers le nez (ésotropie),
- divergent : la déviation de l’œil se fait vers l’extérieur (exotropie),
- vertical : la déviation de l’œil se fait vers le haut, toujours sur l’axe vertical.

Le risque le plus important du strabisme est d’entraîner la perte de vision d’un œil ou amblyopie. En effet, le cerveau qui reçoit deux images trop distinctes élimine naturellement celle de moins bonne qualité (renvoyée par l’œil déficient). L’œil sain reste donc le seul à travailler et la non stimulation du premier peut finir par le rendre aveugle.

Ce risque est encore plus important lorsque le strabisme se déclare chez le très jeune enfant (avant 2 ans) car à cette période critique de maturation du cerveau la vision binoculaire n’est pas encore acquise. Le strabisme apparaissant plus tardivement présentera un meilleur pronostic dans la mesure où le parallélisme visuel sera déjà installé.

Ainsi dès que la déviance d’un œil persistant plus de quelques jours est constatée chez un enfant, il est indispensable d’exiger un examen ophtalmologique complet avec observation du fond de l’œil. Plus le dépistage du strabisme se fait précocement, plus les chances d’éviter tout risque d’amblyopie sont grandes. Il convient par ailleurs d’être particulièrement vigilant quant aux troubles oculomoteurs chez l’enfant qui, dans la grande majorité des cas, ne se plaindra pas d’une gêne.

 

Le diagnostic

Même si un avis médical est nécessaire, les parents qui soupçonnent un strabisme chez leur nourrisson ne doivent pas s’affoler. En effet, il est fréquent que les nouveau-nés n’arrivent pas à bien coordonner le mouvement des yeux. En revanche, si l’affection existe dans l’entourage familial direct de l’enfant (parents ou fratrie), il est fort probable qu’il souffre à son tour de strabisme (l’hérédité est constatée dans 1 cas sur 3 environ).

La façon de diagnostiquer le strabisme chez le jeune enfant est simple. A l’aide d’une lampe qu’on lui demande de fixer, une première évaluation permet de constater si les reflets de la source lumineuse dans les pupilles sont identiques. Si ce n’est pas le cas, il y a strabisme.

Afin de vérifier ensuite si l’un des yeux est amblyope, c’est-à-dire si l’enfant voit mal d’un œil, il suffit d’occulter les deux yeux l’un après l’autre. Si l’enfant refuse que l’on cache seulement l’un d’eux, cela suppose qu’il voit correctement uniquement avec cet œil dont il ne supporte pas l’occlusion.



Le traitement du strabisme

Dès qu’un strabisme est suspecté, l’avis d’un spécialiste est indispensable d’autant plus qu’une autre anomalie visuelle (hypermétropie, myopie ou astigmatisme notamment) peut être détectée à l’examen et exiger la prescription de lunettes bien précises.

Le traitement d’un strabisme doit être pris très sérieusement et implique un engagement fort des parents. Il s’agit d’un suivi de longue haleine et particulièrement exigeant si l’on souhaite obtenir des résultats satisfaisants. De la prise en charge orthoptique à l’opération chirurgicale, celui-ci peut durer plusieurs années et, quoiqu’il en soit, induit un suivi ophtalmologique régulier tout au long de la vie.

La prescription de lunettes adaptées à l’affection de l’enfant est indispensable et suffit même parfois à faire disparaître le strabisme. Dans le cas de la lutte contre l’amblyopie, le port de lunettes équipées d’un cache total ou partiel sur l’œil « sain » est préconisé afin de contraindre l’enfant à regarder avec l’œil paresseux. Ce traitement peut durer de quelques jours à quelques mois et reste très efficace à partir du moment où il est mis en place avant 2 ans (environ 90% de réussite). En revanche, les résultats faiblissent entre 2ans et 5/6 ans (environ 50% de réussite) et deviennent très difficiles après 6 ans, âge après lequel le développement du système visuel est terminé. Ceci explique pourquoi chez l’adulte il n’est plus envisageable d’améliorer l’amblyopie.

Avec des exercices de rééducation, l’orthoptie cherche à la fois à faire disparaître la zone de champ visuel dans lequel le patient ne voit pas (scotome de neutralisation) et à récupérer la vision binoculaire. Ces exercices tendent à faire travailler les yeux de façon à ce qu’ils récupèrent une même acuité visuelle et une vision équilibrée.

Dans tous les cas, il est un aspect à ne pas négliger dans le traitement du strabisme : l’état psychologique de l’enfant qui peut avoir du mal à assumer le caractère parfois inesthétique de son affection. L’opération chirurgicale permet de remédier à cette gêne dans 80% des cas. Effectuée après un traitement de l’amblyopie et entre 2 ans et demie et 3 ans, elle permet en outre de régler les déséquilibres persistants de parallélisme.

 

A retenir sur le strabisme

  • Consulter un ophtalmologiste est indispensable dès qu’il y a suspicion de strabisme
  • Prendre en charge le strabisme avant deux ans pour une meilleure guérison
  • Observer une application stricte et régulière du traitement
  • Surveiller la vision tout au long de la vie pour éviter toute récidive

 

Je trouve mon opticien

Chercher un opticien dans ma ville
Chercher
Trouver un opticien dans les grandes villes
7609 opticiens en France Métropolitaine et DOM TOM
Newsletter, restons connectés ! Je m'inscris pour recevoir toute l'actualité d'AlloLunettes et les bons plans de ma région
AlloLunettes